Habitat

Habitation : acheter une péniche, ça baigne ?

De nombreux citadins tentent l’aventure d’acheter une péniche de commerce pour les transformer en habitation. En 2006 on comptait environ 1500 bateaux-logements en France. Quels sont les avantages et inconvénients de ce type d’habitation.

Acheter une péniche pour la transformer en habitation réunit de nombreux avantages fort séduisants : logis spacieux et flottant, sentiment de bohême et de liberté… Mais avant de devenir pirate fluvial, il y a beaucoup de conditions à remplir : achat, travaux, entretien, permis de navigation et de stationnement est de plus en plus élevé. Vivre au fil de l’eau, ça a un coût !

Acheter et habiliter

Pour acheter une péniche il existe de nombreux sites français, luxembourgeois, belges, allemands ou encore polonais… Si vous êtes novices en batellerie nous vous conseillons d’acheter votre péniche auprès d’une agence spécialisée et d’éviter les petites annonces. La meilleure solution pour démarrer reste de s’adresser à la confrérie des bateliers (http://www.adhf-f.org).

Il faut savoir que la grande majorité des péniches habitées ont été réaménagées par leurs nouveaux propriétaires. Il n’est donc pas rare d’acheter un bien en mauvais état… Et oui, en raison de ce type d’habitation et des règlements qui s’y attachent, le prix des matériaux et de l’entretien est souvent estimé au double de celui d’une maison de même volume.

Permis de péniche

Comme mentionné plus haut, pour être en règle et pouvoir transformer une péniche en habitation, il faut posséder deux permis :

– Le permis de navigation (pour la péniche) est accordé après acquittement des taxes, visite à sec et expertise complète de la péniche, où l’ensemble des règles doivent être respectées. Tous les dix ans un plan de sondage réalisé par un expert agréé par la commission de surveillance est obligatoire (ce qui est rare et cher : de 600 euros à 1500 euros).

– Le permis de naviguer (pour le capitaine) est accordé après acquittement d’une taxe et réussite d’un examen théorique portant sur le code de la navigation et d’un examen pratique de conduite d’un bateau de plus de vingt mètres, ce qui est plus facile à dire qu’à faire. Des cours sont dispensés dans des bateaux-écoles.

Les eaux troubles débutent ici car le principe est le suivant : en théorie, on a le droit d’amarrer sa péniche pour en faire son habitation partout où ce n’est pas interdit (l’interdiction doit être justifiée), mais les services de la navigation et les autorités locales ne l’entendent pas toujours de cette oreille et les conflits sont nombreux. Jusqu’à récemment, la liberté de circuler en péniche et de s’amarrer était quasi totale, tant que l’on trouvait un bollard où déposer une corde, car l’amarrage aux arbres est (bien sûr) interdit.

Mais aujourd’hui, les autorités gestionnaires du domaine public fluvial ont décidé de réglementer strictement et profitent d’une position de monopole pour essayer de faire payer des redevances de stationnement qui ne cessent d’augmenter.

Ainsi si l’on peut donner une idée de prix de l’anneau on estime que les redevances liées aux contrats de stationnement délivrés par les gestionnaires du domaine public (VNF, CNR, port autonome, chambre de commerce, port privé) ont une tendance à augmenter depuis dix ans et les prix peuvent varier pour une péniche de 700 euros à 5000 euros par an, et parfois plus dans les villes touristiques ou le centre de Paris. Acheter une péniche, c’est aussi prévoir ce type de dépense !

Entretenir une péniche… c’est parfois galère

L’entretien d’une péniche transformée en habitation a un coût : il faut tout d’abord la repeindre entièrement tous les trois ans pour quelle ne fasse pas vieille caisse et pour limiter la corrosion.

Une montée en cale sèche de votre habitation est recommandée tous les 4 ou 5 ans bien que la réglementation ne l’oblige que tous les 10 ans.
Estimation du coût d’une telle opération : de 2 000 à 6 000 euros.
Si vous décidez d’attendre les 10 ans la facture risque de prendre l’eau car il faut ajouter l’analyse de flottaison (900 euros) et les réparations inévitables sur votre péniche qui peuvent aller de 6000 à 20 000 euros au minimum.

Impôts : ça flotte…

Bonne surprise, l’impôt foncier n’est pas dû si la péniche que vous avez décidé d’acheter est capable de naviguer (référez-vous auprès du code des impôts). D’où la nécessité de posséder un permis et de s’assurer que la péniche peut à tout moment reprendre les flots. Néanmoins et suivant les régions, la taxe d’habitation est généralement réclamée en compensation des services municipaux (école, poubelles…). Pour les autres taxes, elles sont identiques a celles dues pour un appartement.

Alors, acheter ou pas ?

Acheter une péniche pour en faire une habitation n’est pas recommandé à tout un chacun. Esprit de liberté, originalité et indépendance sont liés à cette vie en péniche… Il faut bien mesurer l’expérience avant d’acheter, et surtout bien estimer les coûts. Le tangage perpétuel, la permanente résonance due au coffrage de l’embarcation, le sentiment de claustrophobie, en ont déboussolé plus d’un… Alors bon large si l’aventure vous séduit.

 


Derniers articles

 

Bienvenue sur Décoration Éco, le blog de la maison écolo-chic. Décoration et mobilier, bricolage et DIY, travaux et rénovation, agencement et aménagement, design et architecture, tout ce qui touche à l’habitation… le tout avec une touche écologique, éthique, économique mais aussi chic !

Pour l’intérieur comme l’extérieur, de la chambre au salon en passant par l’entrée, la cuisine, la salle à manger, la salle de bain ou même le garage, la terrasse, le jardin et la piscine, retrouvez des nouveautés et conseils pour vivre pleinement votre logement : appartement, maison de ville et villa.

© Décoration Éco

  haut