Bricolage

Protection des sols en terre cuite, traitement et entretien

Séchage – Pour des terres cuites posées directement sur la chape, attendre environ 3 mois avant d’effectuer le traitement (ce temps peut être ramené à environ 2 mois avec un chauffage par le sol). Pour des terres cuites posées à la colle, attendre environ 1 mois de séchage.

Hygrométrie – Les locaux doivent impérativement bénéficier d’une circulation d’air pour éviter la condensation (qui dans ce cas sera absorbée par la terre cuite) ce qui pourrait altérer le traitement.

Température – Elle joue un rôle primordial pour l’évaporation de l’humidité contenue dans la chape et le carreau. La température se situera au-dessus du hors-gel (environs 7 degrés) jusqu’au traitement.

Les trois phases essentielles

Décapage – A l’acide tamponné et rinçage neutralisant (non à l’acide chlorhydrique)

Séchage – 7 à 14 jours à une température mini de 15 degrés. Durant cette phase la terre cuite est extrêmement fragile et vulnérable aux taches qui pourraient être indélébiles; c’est pourquoi il sera préférable de repousser les autres travaux devant être effectués à l’intérieur.

Traitement – Il se fait à une température minimale de 18 degrés et nécessite 2 jours pendant lesquels personne ne doit marcher sur les terres cuites. Le traitement met en relief la beauté de la terre avec ses belles nuances et lui donne une jolie patine satinée mais révèle aussi les défauts et les agressions qu’elle pourrait avoir subi au cours des travaux.

L’entretien

Il se fait tout naturellement à la serpillière avec de faibles doses de produit à pH neutre . Il est possible d’alterner avec un shampooing lavant cirant non filmogène.

Une fois ou deux par an selon l’utilisation des sols, il est bon de faire un décrassage en brossant fortement avec un shampooing dégraissant, tout.

Comme n’importe quel carrelage, il est possible de passer la lustreuse sur la terre cuite de temps en temps pour faire remonter la patine satinée et optimiser le rendu.

Traitement des terres cuites à l’ancienne

Le choix de ce traitement peut être dicté par une préférence pour sa patine et son satiné incomparables avec les odeurs de cire qui les accompagnent. La patine peut être foncée ou vieillie selon les goûts, ce qui offre un avantage esthétique intéressant.

Si autrefois, l’entretien de cette surface est effectué avec de l’huile de lin et de l’essence de térébenthine, cette technique est actuellement proscrite à cause de son effet aléatoire. Le résultat de cette méthode est hasardeux et peut provoquer un véritable dégât sur la surface : taches, différence de tonalité, assombrissement de teinte. Si l’huile de lin est déconseillée, vous pouvez effectuer le traitement à l’ancienne en utilisant de l’huile de cire. Plus performant, ce produit permet un meilleur résultat et n’endommagera pas votre surface. Le traitement avec de l’huile de cire se fait en trois temps : une étape d’imprégnation de la surface suivie de deux fines couches d’huile.

En plus de son meilleur rendu au niveau de la finition, l’avantage de l’huile de cire repose aussi sur son temps de séchage assez réduit. En fonction de l’aération de la pièce, le séchage complet de ce produit se fait entre 24 et 48 heures.

Les traitements à l’huile de lin et à la térébenthine (bien qu’utilisés depuis de nombreuses générations) ne sont plus la panacée. Il ne faut pas refuser les avantages apportés par les progrès techniques en matière de produits traitants. En effet, sur certaines terres cuites de porosité et de densité différentes l’huile va pénétrer de façon irrégulière ce qui provoquera des variations de teinte ressemblant parfois à des taches. En outre le surplus non retiré lors de l’application va entraîner des marques foncées (parfois appréciées, mais pas toujours).

Enfin, ce traitement ne garantit pas une haute protection anti taches particulièrement dans les cuisines et salles de bain. L’huile de lin sèche très lentement, et se lie à la cire de finition ce qui encrasse très rapidement les terres cuites. Ce phénomène conduit à re-décaper et re-cirer régulièrement induisant un entretien coûteux.

Pour celles et ceux qui insistent à vouloir traiter à l’huile de lin brute, utilisation d’un mélange huile de lin(HdL) + essence de térébenthine (E-T), à proportion de :

  • 1ère couche : 1/3 E-T pour 2/3 HdL
  • 2ème couche : 1/2 E-T pour 1/2 HdL
  • 3ème couche : 1/3 E-T pour 2/3 HdL

Pour le traitement à l’ancienne, on recommande plutôt des huiles dures (mélange d’huiles végétales et de siccatif) qui sèchent rapidement, avec pour la finition, la cire à chaud, qui donne une patine incomparable, bien plus résistante que la cire liquide ou en gel.

Quelques règles à respecter

Séchage – Pour des terres cuites posées directement sur la chape, attendre environ 3 mois avant d’effectuer le traitement (temps qui peut être ramené à environ 2 mois avec un chauffage par le sol). Pour des terres cuites posées à la colle, attendre environ 1 mois de séchage. (information donnée à titre indicatif).

Hygrométrie – Les locaux doivent impérativement bénéficier d’une circulation d’air afin d’éviter la condensation (absorption par la terre cuite) qui pourrait altérer le traitement.

Température – Elle joue un rôle primordial pour l’évaporation de l’humidité contenue dans la chape et le carreau. La température se situera au-dessus du hors-gel (environ 7 degrés) jusqu’au traitement.
trois phases

Décapage – A l’acide tamponné et rinçage neutralisant (non à l’acide chlorhydrique)

Séchage – 7 à 14 jours à une température mini de 15 degrés. Durant cette phase, la terre cuite est extrêmement fragile et vulnérable aux taches qui pourraient être indélébiles. C’est pourquoi, il sera préférable de repousser les autres travaux prévus à l’intérieur.

Traitement – Température d’environ 18 degrés, il nécessite 3 à 4 jours pendant lesquels personne ne doit marcher sur les terres cuites. Application de 3 couches d’huile dure. 24 h à 48 h après, application de la cire à chaud et lustrage à très haute vitesse.

Entretien

A la serpillière avec de faibles doses de produit à pH neutre (genre Mr. Propre ou Vigor -marques déposées). Il est possible d’alterner avec un shampooing lavant cirant non filmogène comme pour la résine.

On suggère de passer très régulièrement la lustreuse sur la terre cuite pour faire remonter la patine satinée, cela embellit significativement les carreaux de terre cuite.

Traitement incolore et traitement pour l’extérieur

Les traitements à l’ancienne ou à la résine, foncent un peu les carreaux (on dit qu’ils « révèlent la couleur »). Si cet effet n’est pas souhaité, il est possible d’exécuter un traitement incolore neutre et mat sur les terres cuites ou la pierre. Les produits traitants sont dans ce cas des imperméabilisants. Ils ont une moins haute résistance et un pouvoir anti tache inférieur à la résine. Mais, ils ont leur utilité et leur charme.

Pour une finition satinée, on peut appliquer des cires acryliques ou des cires à chaud. Les imperméabilisants sont indispensables pour les terres cuites ou les pierres posées à l’extérieur car les traitements à l’ancienne ou à la résine ne tiendraient pas, en raison des intempéries.

Quelques règles à respecter dans ce cas aussi

Séchage – Pour des terres cuites posées directement sur la chape, attendre environ 3 mois avant d’effectuer le traitement (ce temps peut être ramené à environ 2 mois avec un chauffage par le sol). Pour des terres cuites posées à la colle, attendre environ 1 mois de séchage. (information donnée à titre indicatif).

Hygrométrie – Les locaux doivent impérativement bénéficier d’une circulation d’air afin d’éviter la condensation (absorption par la terre cuite) qui pourrait altérer le traitement.

Température – Elle joue un rôle primordial pour l’évaporation de l’humidité contenue dans la chape et le carreau. La température se situera au-dessus du hors-gel (environ 7 degrés) jusqu’au traitement.

Les mêmes phases sont requises

Décapage – A l’acide tamponné et rinçage neutralisant (pas à l’acide chlorhydrique).

Séchage – 7 à 14 jours à une température mini de 15 degrés. Durant cette phase, la terre cuite est extrêmement fragile et vulnérable aux taches qui pourraient être indélébiles. C’est pourquoi, il sera préférable de repousser les autres travaux prévus à l’intérieur.

Traitement – A température d’environ 18 degrés, il nécessite 3 à 4 jours pendant lesquels on ne doit pas marcher sur les terres cuites. Application de 3 couches d’imperméabilisant. 24 h à 48 h après, application de la cire à chaud et lustrage à très haute vitesse. Pour les terres cuites ou pierres situées à l’extérieur, il n’y a pas de finition satinée (aspect incolore mat).

Suggestions pour le carreleur

Il démontrera tout son talent en répartissant de façon harmonieuse les différentes teintes.

Les carreaux défectueux seront utilisés pour les coupes.

Les arêtes les plus saillantes seront adoucies à la pierre à poncer.

Les carreaux patinés main ne sont pas toujours bien calibrés cela sera donc une gageure pour le carreleur de les disposer d’une façon équilibrée et alignée.

Pour des terres cuites claires, des joints clairs sont préférables; à l’inverse, si les carreaux sont foncés les joints le seront également. Cette règle n’est pas immuable, les contrastes pouvant donner d’heureux effets esthétiques.

Recommandation importante

Si les carreaux sont patinés main, des par feuilles ou des carreaux très poreux, il sera nécessaire de faire un prétraitement quelques heures avant de remplir les joints. Ceci facilitera le nettoyage. Un nettoyage soigneux après le remplissage des joints est indispensable, car le surplus fixé sur les carreaux ne disparaît pas toujours lors du décapage à l’acide. De plus, si le pourcentage d’acide tamponné est trop fort au cours du décapage, les joints risquent d’être creusés et altérés.
L’artisan procédera donc par petites surfaces ou bandes et nettoiera immédiatement les carreaux à l’éponge humide et au chiffon et ceci à plusieurs reprises.

Recommandations pour le plâtrier et le peintre

Il faut accepter le fait que la terre cuite n’est pas un carrelage émaillé facile à nettoyer.

Si les travaux de plâtre/peinture sont effectués avant le traitement il faudra soigneusement protéger le sol avec des cartons et non avec des plastiques qui bloqueraient l’humidité et feraient des auréoles.

Les taches de peinture peuvent faire des marques de propreté au nettoyage. Des solvants répandus sur les sols seront invisibles lorsqu’ils seront secs mais se révèleront au traitement : trop tard !

Des seaux ou des pots de peinture humides posés à même les sols peuvent les marquer de façon indélébile.


Derniers articles

 

Bienvenue sur Décoration Éco, le blog de la maison écolo-chic. Décoration et mobilier, bricolage et DIY, travaux et rénovation, agencement et aménagement, design et architecture, tout ce qui touche à l’habitation… le tout avec une touche écologique, éthique, économique mais aussi chic !

Pour l’intérieur comme l’extérieur, de la chambre au salon en passant par l’entrée, la cuisine, la salle à manger, la salle de bain ou même le garage, la terrasse, le jardin et la piscine, retrouvez des nouveautés et conseils pour vivre pleinement votre logement : appartement, maison de ville et villa.

© Décoration Éco

  haut